• Dernier livre, ultime poème…

    Le premier prix Nobel grec en 1963, Yórgos ou Georges Séféris, 1900-1971, nom de plume du poète et diplomate Yórgos Seferiádis, n’avait pas fini de nous étonner, de nous captiver, de nous secouer si besoin et cela même jusqu’au bout. Ainsi, c’est sous le régime des Colonels, 1967-1974, que Séféris meurt de complications post-opératoires le 20 septembre 1971 et deux jours plus tard, ses funérailles auront un caractère de démonstration politique de taille. Une fois de plus, contre vents et marées.

  • Yórgos Séféris, premier prix Nobel grec… il y a soixante ans

    Il y a soixante ans, le 24 octobre 1963, un télégramme de l’Académie suédoise annonçait le grand événement. Le prix Nobel de littérature a été décerné à Yórgos Séféris, nom de plume du poète Yórgos Seferiádis, 1900-1971, qui fut aussi diplomate. Le grand poète grec a remporté le prix “pour son merveilleux style lyrique, inspiré par un profond sentiment pour l’idéal culturel grec”, d’après l’Académie de Stockholm. Ce premier prix Nobel grec en 1963, occupe une des places les plus glorieuses dans la littérature du pays.

  • Le jour du Non

    Le pays grec célèbre sa journée de fête nationale au 28 octobre. C’est sa deuxième grande commémoration annuelle, car la première celle du 25 mars, honore les débuts de la Révolution des Hellènes contemporains, autrement-dit, la Guerre d’Indépendance grecque de 1821 pour se libérer du joug des Ottomans. De manière plutôt… inhabituelle, le 28 octobre exalte les débuts de la Seconde Guerre mondiale pour la Grèce et non pas sa fin.