• Noël en Thessalie

    La Thessalie est cette région historique de Grèce largement agricole, située pratiquement dans la partie nord du pays, au sud de la Macédoine et à l’est de l’Épire. Sa grande plaine est entourée de reliefs, dont le mont Olympe au nord, puis notamment, le grand massif du Pinde. Actuellement, c’est-à-dire en décembre 2023 et d’après la météorologie hellénique, la région… participe de ce 14% du territoire grec déjà couvert de neige, largement au-dessus de la moyenne constatée depuis 2004.“Temps de Noël” donc, d’après ce que les Grecs expriment alors en pareilles circonstances.

  • Cochon de Noël

    Dans chaque culture traditionnelle, le temps est spécifique du sens vécu par l’homme, en lien avec les tâches qu’il doit accomplir durant toute l’année. Sa vie est rythmée par les cycles du jour et de la nuit, des saisons, des récoltes. Cette relation de l’homme à la nature et aux conditions météorologiques, comme également leurs effets sur les moyens de subsistance, déterminent dans une large mesure l’accomplissement du temps quotidien, de même que celui du calendrier, que l’on nomme alors traditionnel.

  • Village typique

    Kefalóvrysso notre village thessalien, est un village typique. Ce qui veut dire qu’il relève de la typologie des villages grecs, parmi ceux qui ne vivent guère du tourisme mais qu’ils sont rattrapés à des degrés divers par la crise, tant que par une démographie déclinante.

  • Ponts et chaussées

    En Thessalie occidentale, non loin des célèbres Météores, se trouve le village de Sarakína à son pont historique homonyme, sous lequel passe le lit de la rivière Piniós. Ce dernier, servait autrefois au transport d’alors, vers les bourgades de la contrée d’Aspropótamos, dans le massif du Pinde, entre la Thessalie et la région voisine de l’Épire. “La somptuosité du pont à plusieurs arches, combinée au grand rocher adjacent, s’impose au visiteur”, peut-on lire en consultant les documents de promotion touristique, édités par les autorités locales. Ou plutôt, il s’imposait.

  • La Tuile

    Keramídi en grec signifie “la tuile” mais pour notre famille, c’est le nom de ce village petit que l’on disait déjà perdu, entouré comme il est par “ses” deux rivières thessaliennes. Quand on prend la route depuis Tríkala en Thessalie occidentale à destination de Palamás, il est situé en amont, bien près de cette grande bourgade de Palamás qu’est la commune de la famille de ma mère. Donc un passage pour nous, en quelque sorte obligé.

  • Pinerolo, la division armée… divisée !

    “Il est dans la nature de l’homme d’opprimer ceux qui cèdent et de respecter ceux qui résistent” écrivait alors Thucydide en son temps, qui fut celui de “l’Histoire de la Guerre du Péloponnèse”. D’où son récit du grand conflit entre Athènes et Sparte qui se déroula entre 431 et 404 av. J.-C., devenu depuis comme on dit, un classique de la littérature historique. C’est vrai, ou plutôt quasiment au sujet des opprimés ou des résistants, comme par exemple pour ce qui tient du triste sort final des militaires italiens en Grèce entre 1941 et 1944, dont nous avons dressé un premier tableau factuel de leur vécu.