• Théophanie

    Jour de la Théophanie en ce 6 janvier, signe de Dieu pour les Orthodoxes en Grèce, veille de Noël en Serbie et en Russie. Car, rappelons-le, plus de 200 millions de Chrétiens Orthodoxes dans le monde, célèbrent Noël le 7 janvier en raison de l’alignement sur le calendrier julien. Sauf… la Grèce.

  • Côté Sud

    En cette année finissante, tout le monde s’accorde à dire que Noël 2023 “c’est un peu comme notre Pâque Orthodoxe” ; en d’autres mots, un moment de Printemps. Sensation sinon renforcée par une météo clémente, surtout côté sud entre le Péloponnèse et les îles de l’Égée. “La Nativité, dans toute sa Lumière”, le répète ainsi à sa manière le pope de ce village, situé dans le Péloponnèse.

  • Noël en Thessalie

    La Thessalie est cette région historique de Grèce largement agricole, située pratiquement dans la partie nord du pays, au sud de la Macédoine et à l’est de l’Épire. Sa grande plaine est entourée de reliefs, dont le mont Olympe au nord, puis notamment, le grand massif du Pinde. Actuellement, c’est-à-dire en décembre 2023 et d’après la météorologie hellénique, la région… participe de ce 14% du territoire grec déjà couvert de neige, largement au-dessus de la moyenne constatée depuis 2004.“Temps de Noël” donc, d’après ce que les Grecs expriment alors en pareilles circonstances.

  • Le voyage des poètes

    “Quel est le bon plaisir du temps d’avant-guerre que vous regrettez davantage?” Voilà pour la question posée en 1942 au poète Odysséas Elýtis alors âgé de 31 ans par le journaliste et homme des lettres talentueux, Fánis Kleánthis. C’était sous l’Occupation Italienne, Allemande et Bulgare de la Grèce en ces tristes temps, de 1941 à 1943. Entretien qui fut réalisé dans le cadre d’une enquête menée auprès de nombreux écrivains et poètes pour le compte de la Revue “Μπουκέτο” – Boukéto – “Le Bouquet”, laquelle finalement… n’a pas été publiée “à chaud” mais… seulement trente années plus tard.

  • Cochon de Noël

    Dans chaque culture traditionnelle, le temps est spécifique du sens vécu par l’homme, en lien avec les tâches qu’il doit accomplir durant toute l’année. Sa vie est rythmée par les cycles du jour et de la nuit, des saisons, des récoltes. Cette relation de l’homme à la nature et aux conditions météorologiques, comme également leurs effets sur les moyens de subsistance, déterminent dans une large mesure l’accomplissement du temps quotidien, de même que celui du calendrier, que l’on nomme alors traditionnel.

  • Dernier livre, ultime poème…

    Le premier prix Nobel grec en 1963, Yórgos ou Georges Séféris, 1900-1971, nom de plume du poète et diplomate Yórgos Seferiádis, n’avait pas fini de nous étonner, de nous captiver, de nous secouer si besoin et cela même jusqu’au bout. Ainsi, c’est sous le régime des Colonels, 1967-1974, que Séféris meurt de complications post-opératoires le 20 septembre 1971 et deux jours plus tard, ses funérailles auront un caractère de démonstration politique de taille. Une fois de plus, contre vents et marées.