• Recensement ottoman

    En bons historiens, du passé nous ne faisons nullement table rase. En Grèce, plus particulièrement en Thessalie pour notre cas “local”, nous n’oublions guère par exemple, la très longue et éprouvante période de l’occupation ottomane, globalement entre 1420 et 1881, année où la Thessalie fut rattachée à l’État hellénique contemporain. Tout comme, nous n’omettons pas à ce propos que de mentionner, voire, d’interroger directement si possible, les sources directes ottomanes.

  • Arcadie

    Le Péloponnèse, certes tant visité, tient sinon encore de la légende qui est bien la sienne. La Grèce Autrement privilégie d’ailleurs en quelque sorte ses… terres intérieures, ses montagnes et ses rivières, d’abord et notamment en pleine saison. C’est ainsi que nous avons revisité Stemnítsa et ses environs, au cœur donc de la Gortynie et du district régional d’Arcadie, une microrégion qui tient son nom de la cité antique de Gortyne.

  • Archéologie Locale

    Les visiteurs de la Thessalie traversent le plus souvent cette région le temps d’une journée, rien que pour se rendre aux Météores. D’après l’actuelle littérature de voyage, cela se comprend, étant donné que “le site des Météores est un incontournable de la Grèce continentale. Les monastères sont perchés sur des pics rocheux, dans un décor majestueux”.

  • Lieux de mémoire

    Aux yeux des historiens, les “lieux de mémoire” sont partout, preuve, s’il en faut, que la mémoire des lieux est souvent plus solide que ne le sont les lieux eux-mêmes. C’est ce que nous avons vérifié lors de notre parcours en Thessalie centrale, région complétement ignorée des touristes, voire, parfois même… oubliée des siens.

  • Aux Météores

    L’hiver grec meurt vite cette année encore, d’après l’affirmation unanime du moment, paraphrasant de la sorte un espion talentueux et autant célèbre écrivain. Fin février au pays de Zeus et c’est déjà le Printemps, même sur les roches des éternels Météores. Les visiter en cette époque, nous évite d’ailleurs les foules coutumières de la pleine saison d’été. C’est exactement ce que nous avons fait, car la “Grèce Autrement” c’est d’abord pour tous les temps.